L'amour est un piège dans cette ville maudite
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une promesse est une chaussette (Julian)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Newbie
avatar

Primrose Bloomfield
▲ ▼ ▲ Love disease ▲ ▼ ▲


La recherche de l'amour : A la recherche, peut-être toi ?
Lettres d'amour postées : 102

MessageSujet: Une promesse est une chaussette (Julian)   Mer 28 Juin - 20:50

Une promesse est une chaussette


Onze, douze, treize... Primrose observait la rue en comptant avec lassitude les pétales de la marguerite qu'elle tenait à la main. Trois donateurs étaient passés depuis l'ouverture de la permanence du Club des Chaussettes Orphelines il y a deux heures, alors la rouquine commençait à s'impatienter. Et surtout, ces âmes généreuses n'étaient pas la personne qu'elle attendait. Il ne viendrait pas, elle aurait dû s'y attendre mais voilà : Prim était une incorrigible optimiste. Laissant échapper un soupir discret, elle reposa la fleur au milieu des autres marguerites, dans un vase posé au centre de la table ronde, au milieu de divers papiers sur la recherche scientifique en matière de disparition de chaussettes et autres cartes de visites de l'association.

Le local du club était des plus simples, ses vingt mètres carrés ne permettant pas beaucoup de fantaisie. Plusieurs dizaines de boîtes de chaussures étaient empilées sur un pan du mur, le recouvrant presque totalement jusqu'à mi-hauteur. Un vrai arc-en-ciel : chacune étaient peinte en fonction des chaussettes qu'elles contenaient. Dans un coin de la pièce s'entassaient d'ailleurs pinceaux, tubes de gouache et autres étiquettes. Car Prim s'attachait à étiqueter avec soin chacune des chaussettes avec le prénom de leur généreux donataire, bien décidée à leur rendre un hommage mérité à ceux qui permettaient à ces petits bouts de tissus de vivre une nouvelle vie. Les dons effectués, Prim et les autres membres du club se chargeaient ensuite de former de nouvelles paires avec les chaussettes qui dormaient dans les boîtes en attendant de trouver celle qui les compléteraient.

Situé au premier étage d'une rue passante, le local était trouvable grâce à la plaque en émail jaune flashy au nom du club, fixée à l'entrée de l'immeuble, à côté de celles de dentistes et autres diététiciens, mais surtout grâce à de savants repères fléchés en forme de chaussette qui menaient de la rue à l'appartement en question. Prim laissait toujours la porte du local ouvert, de façon à ce que l'endroit soit trouvable facilement. À l'intérieur, une dizaine de cadres égayaient les murs blancs et impersonnels. Des citations inspirantes évoquant les chaussettes se mêlaient à des photos de soquettes célébrées au cinéma. Aucun cadre n'était à la même hauteur, il fallait ainsi être accroupi pour en lire certains. Ça apportait du style, avait-elle lu dans un magazine de décoration. Du moins, c'est ce qu'elle prétendait. Clou du spectacle, une magnifique guirlande de chaussette réalisées au crochet occupait toute la largeur du mur qui donnait sur la rue, juste au-dessus de la fenêtre. Prim avait enthousiasmé les foules lorsqu'elle avait soufflé l'idée à la maison de retraite de Northworth. Heureuses de voir leur talent requis après des années de repos, les grand-mères lui avaient confectionné la guirlande avec une énergie étonnante.

Lasse de compter les pétales de chacune des marguerites du bouquet, Primrose soupira pour la deuxième fois en moins de cinq minutes, ce qui ne lui ressemblait pas. Pour s'occuper les mains et l'esprit, elle refixa son badge « CCO » à son tee-shirt blanc. Lorsqu'elle releva la tête, son œil fut alors attiré par un détail discordant : un des cadres, situé bas sur un mur, n'était pas droit. Et cela, elle ne supportait pas. Il en allait du sérieux apparent du Club. La rouquine se leva et s'assit en tailleur par terre, de façon à être en face du cadre rebelle sans devoir faire l'effort de rester accroupie. Là. C'était mieux. « Il n'est pas bon d'avoir trop longtemps le moral dans les chaussettes, ne serait-ce que pour les odeurs », disait l'affiche. Toujours assises par terre, un peu cachée derrière la table, Primrose se mit à pouffer en fixant l'œuvre devant elle. En ce lieu où les chaussettes étaient reines, la citation comportait une bonne dose d'ironie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://love-disease.forumactif.org/t166-f-soeur-adoree-pour-rps-

Epine
avatar

Julian Taylor
▲ ▼ ▲ Love disease ▲ ▼ ▲


La recherche de l'amour : A la recherche, peut-être toi ?
Lettres d'amour postées : 223

MessageSujet: Re: Une promesse est une chaussette (Julian)   Mer 28 Juin - 23:00

Julian
 FT. Primrose
Une promesse est une chaussette

feat. Primrose
 
Depuis quelques jours, Julian avait un peu de mal à se concentrer sur ce qu'il avait à faire. Depuis ce fameux soir où il avait pénétré dans cette boutique de fleurs, il ne cessait de penser à cette fleuriste on ne peut plus charmante. Elle lui avait laissé une sacrée impression et son sourire apparaissait de façon totalement imprévue dans son esprit. C'était étrange. Très étrange. Car en même temps, quelqu'un d'autre occupait ses pensées aussi, mais ce quelqu'un-là n'avait pas de visage. Juste une écriture, des mots. Et quels mots. En gros, le jeune homme se disait qu'il était foutu quoiqu'il advienne. Il avait très envie de revoir la jolie fleuriste et surtout, il avait envie de vérifier si son club existait vraiment. Elle avait semblé si outrée quand il avait douté de son existence qu'il était enclin à la croire. Mais pourquoi n'avait-il jamais entendu parler de ce lieu quelque peu loufoque ? Pourquoi n'avait-il jamais vu le local ? Il vivait ici depuis toujours, il devrait connaître la ville par cœur. Manifestement, ce n'était pas le cas. Quoiqu'il en soit, la jeune femme lui avait fait une description plutôt précise du lieu et Julian était donc bien décidé à s'y rendre. Si elle s'était jouée de lui et qu'il n'y avait rien... eh bien soit. Mais la curiosité était plus forte, de toute façon. Et les trucs originaux, il aimait ça. Et puis, il avait dit qu'il viendrait et qu'il ramènerait une chaussette, alors il le ferait. Julian tenait toujours ses promesses ! Il en allait de son honneur !

Il avait profité d'une journée de travail un peu plus calme que la normale pour s'éclipser du bureau plus tôt que d'habitude, sa fameuse chaussette bien en sécurité dans son briefcase. La fleuriste voulait une belle chaussette, elle serait servie. Car Julian avait pioché dans sa collection de chaussettes de superhéros ! Ainsi, il avait emporté une magnifique chaussette rouge, aux couleurs de Flash. Flash, c'était l'un de ses héros préférés et il adorait passer des soirées entières devant les épisodes de la série avec Diane, son amie d'enfance. On pouvait même dire qu'elle était sa meilleure amie. Avant de quitter le bureau, il s'était assuré d'être présentable, ce qui était assez ridicule au fond car il devait l'être dans le cadre de son travail, de toute façon. Il prit donc la direction de la rue indiquée par la jeune femme et après quelques minutes, il finit par poser son regard sur une plaque très flashy. Le jeune homme cligna des yeux plusieurs fois, histoire de s'assurer qu'il n'était pas en train d'halluciner. Bon sang. Ce club existait bel et bien. Content de cette découverte, il ne put s'empêcher de sourire bêtement, tout seul, planté devant la plaque.

Il ignorait ce qui l'attendait à l'intérieur, mais il n'avait aucune intention d'attendre plus longtemps. Il pénétra donc dans l'immeuble, suivant les chaussettes qui indiquaient le chemin. Julian ne put arrêter de sourire comme un con. C'était limite trop beau pour être vrai. Trop original. Ça semblait tout droit sorti d'un autre monde. Et ça lui plaisait. Il finit par arriver devant la porte du club qui était ouverte. Julian passa la tête par l’entrebâillement de la porte et fut aussitôt frappé par la joie que dégageait cet endroit. Oui, ça lui inspirait la joie. Des tableaux un peu partout, des chaussettes de toutes les couleurs et bien sûr, des fleurs. Comment avait-il pu passer à côté d'un tel endroit pendant toutes ces années. "Il y a quelqu'un ?" Il finit par pénétrer dans la petite pièce et aperçut une tignasse rousse derrière la table et son sourire s'élargit. "Je viens tenir ma promesse !" Maintenant qu'il y repensait, il n'avait jamais vraiment rien promis. Il avait juste dit qu'il viendrait. Mais ça revenait au même, finalement.

Il se mit à regarder autour de lui, un peu comme un gamin qui découvrait le paradis des jouets ou un magasin de bonbons. Il avait limite les yeux qui brillaient. Oui, à cet instant précis, il était sans doute retombé un peu en enfance. "Cet endroit est incroyable !" Il tenta de se reprendre et reporta son attention sur la jeune femme. Il était vraiment content de la revoir. Elle lui avait bien sauvé la mise l'autre soir et il avait passé un petit moment agréable en sa compagnie aussi. Il cligna des yeux alors que sa vue se brouillait un peu. Bon sang, ça recommençait. Depuis l'épisode de la boutique, ça ne l'avait plus fait. Et il était sûr de ne pas être fatigué aujourd'hui. Il n'y comprenait rien - ou peut-être ne voulait-il pas comprendre. "Ça me fait plaisir de vous revoir !" Il ne disait pas seulement ça pour être poli, il le pensait vraiment. "Et j'ai quelque chose pour vous !" Il ouvrit son briefcase et en sortit sa chaussette, la brandissant fièrement devant lui. "J'espère qu'elle sera à votre goût !" Promesse tenue.

code par EXORDIUM. | gif par Tumblr |


 

la chaussette:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Newbie
avatar

Primrose Bloomfield
▲ ▼ ▲ Love disease ▲ ▼ ▲


La recherche de l'amour : A la recherche, peut-être toi ?
Lettres d'amour postées : 102

MessageSujet: Re: Une promesse est une chaussette (Julian)   Jeu 29 Juin - 23:55

Un petit cabris qui aurait rebondi sur un trampoline. Et sur les fesses, s'il vous plaît. C'est à peu près ce à quoi ressembla Primrose lorsqu'elle entendit la voix à l'entrée de la pièce. Se figeant une seconde après avoir sursauté, elle se hâta de se relever lorsqu'elle entendit le mot « promesse ». C'est alors qu'elle le vit. Sous le coup de la surprise, elle en oublia de sourire, se contentant de remettre une mèche de cheveux derrière son oreille droite. Puis la gauche. Puis la droite. Puis la ga... Il fallait qu'elle se calme, mais ses gestes lui paraissaient incontrôlables. « Vous... Vous êtes venu », constata-t-elle finalement. Très observatrice, ma fille, pensa-t-elle en ayant très envie de lever les yeux au ciel devant sa stupidité. Ce qu'elle aurait pu faire sans que son visiteur ne la remarque, ce dernier paraissant béat devant ce qu'il avait sous les yeux. « Bienvenue au Club des Chaussettes Orphelines », sourit finalement Primrose en écartant les bras pour désigner l'appartement avec modestie. Dans sa tête, une petite voix chantait. Il était venu. Il était venu. Il faudrait bien qu'elle se le répète mille fois pour en croire ses yeux. Elle en avait même oublié de le saluer.

Primrose observa le jeune homme alors qu'il s'extasiait sur le local. En tant que présidente de l'association, elle mettait tout son cœur à faire de cet endroit un lieu chaleureux, juste pour avoir en récompense le sourire de ceux qui y mettaient les pieds. Alors cette bonne humeur qui semblait des plus sincères, cela n'avait pas de prix. Lorsqu'il reposa les yeux sur elle, Prim baissa la tête pour admirer ses baskets. Il ne faudra pas qu'il croie qu'elle... admirait autre chose. Hum. Elle ne réagit point quand il lui dit qu'il avait plaisir à la revoir, bien trop occupée à se rappeler de respirer normalement et à contenir ses joues qu'elles sentaient déjà chauffer. Le visiteur sortit alors une mallette, et la rouquine salua intérieurement cette distraction qui arrivait à point nommé. Intriguée par ce porte-documents qui devait contenir des choses très importantes, elle n'en doutait pas, elle s'approcha. Et ne put s'empêcher de vouloir contenter sa curiosité. Après tout, lui avait une longueur d'avance concernant cette information. « Vous êtes quoi... Agent immobilier ? Non, vous ne vous seriez pas extasié sur cet endroit. Trader ? Non attendez, je sais ! Prim fronça le nez, sous l'effet de la concentration. Tueur à gage ? » Son sourire amusé trahissait sa pensée, mais elle essaya de garder son air sérieux. D'autant que le jeune homme était sur le point de lui révéler la seule chose importante en cet instant : la fameuse chaussette due.

Et lorsqu'il ouvrit sa mallette, Prim ne fut pas déçue. « Whoa  », laissa-t-elle échapper dans un souffle à la vue de la chaussette brandie avec fierté. Elle s'approcha encore pour l'observer de plus près un instant — quelques centimètres seulement séparaient désormais les deux jeunes gens — puis elle pencha la tête pour esquiver la chaussette et s'adresser à son interlocuteur. « Qu'est-il arrivé à sa jumelle ? Mangée par la machine à laver ? Enlevée par les lutins ? Frappée par la foudre ? Prim détacha son regard des yeux bleus de l'inconnu et eut un sourire facétieux en observant de nouveau la chaussette. Elle savait exactement de quoi il en retournait. Partie en courant à la vitesse de l'éclair ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://love-disease.forumactif.org/t166-f-soeur-adoree-pour-rps-

Epine
avatar

Julian Taylor
▲ ▼ ▲ Love disease ▲ ▼ ▲


La recherche de l'amour : A la recherche, peut-être toi ?
Lettres d'amour postées : 223

MessageSujet: Re: Une promesse est une chaussette (Julian)   Ven 30 Juin - 4:00

Julian
 FT. Primrose
Une promesse est une chaussette

feat. Primrose
 
Revoir la jeune femme lui faisait bien plus plaisir qu'il ne l'eût cru au début. Il en était lui-même surpris, mais sans doute agréablement. Elle lui avait fait une très bonne première impression, alors il était ravi d'avoir une nouvelle occasion de la voir. Il lui adressa un petit sourire en constatant sa surprise. "Bien sûr que je suis venu. Je vous l'avais dit, non ? Généralement, je tiens parole quand je dis quelque chose." Ce club était tout de même bien singulier, peut-être même unique au monde. Original. Comme sa présidente. Car il supposait que la jolie rousse en était la présidente. "Vous êtes la présidente ?" Simple curiosité. Quoiqu'il en soit, il était vraiment impressionné par cet endroit, presque sous le charme même. Jamais il n'aurait cru éprouver une telle fascination et un tel intérêt pour une pièce remplie de chaussettes. Encore un peu et il se serait mis à rire bêtement tout seul, mais il se retint, ne voulant pas faire croire à son interlocutrice qu'il se moquait d'elle. Ce n'était évidemment pas du tout le cas.

Elle s'approcha de lui et l'observa avec une certaine curiosité. Ou plutôt, elle observait son porte-documents avant de lui demander ce qu'il était. Elle énuméra alors plusieurs métiers, mais ce fut évidemment le tueur à gages qui eut raison de lui et qui lui soutira un petit rire amusé. "Comment avez-vous deviné ?" Bon sang. Il était vraiment content d'être venu et il était d'autant plus content que le club n'ait pas été une invention destinée à lui faire parcourir la ville pour rien. "Non, en fait, je suis avocat. Voilà. Vous savez tout." Il esquissa un petit sourire, mais il était évident qu'elle était loin de tout savoir. Mais s'il continuaient à discuter un peu, peut-être qu'il pourrait lui en dire un peu plus sur elle. Et vice versa. Il commença par lui donner ce pour quoi il était venu: sa chaussette. Il ne s'était pas attendu à se retrouver soudain aussi proche de la jeune femme, son regard planté dans le sien. Qu'est-ce qu'il lui arrivait ? Il sentit son cœur battre un peu plus vite tandis que les jolis yeux de la fleuriste devinrent soudain un peu flous. Encore.

Julian reprit ses esprits en entendant la voix de son interlocutrice lui demandant où était l'autre chaussette. Encore une fois, il ne put s'empêcher de rire doucement. "Bien vu ! Un soir, elle en avait assez je suppose. Elle est partie tellement vite que je l'ai à peine vue s'enfuir." Elle avait reconnu le superhéros représenté sur la chaussette. Elle connaissait Flash. C'était un nouveau bon point pour elle. "Alors ? Vous pensez pouvoir trouver une bonne place pour cette pauvre orpheline quelque part ?" Il ne savait pas pourquoi il faisait ça, mais l'instant d'après, il avait posé la chaussette sur la tête de son interlocutrice. Comme ça. Sans raison. Sauf peut-être celle de la taquiner gentiment. Bon sang. Ça ne faisait que la deuxième fois qu'il la voyait et il se permettait déjà une telle familiarité. En même temps, c'était tout lui, ça. "Au fait, je m'appelle Julian. Enchanté de faire votre connaissance !" Il lui tendit la main avec un sourire. Il était temps qu'il lance les présentations car il avait quand même bien envie de mettre un prénom sur ce visage et ce joli sourire.  

code par EXORDIUM. | gif par Tumblr |


 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Newbie
avatar

Primrose Bloomfield
▲ ▼ ▲ Love disease ▲ ▼ ▲


La recherche de l'amour : A la recherche, peut-être toi ?
Lettres d'amour postées : 102

MessageSujet: Re: Une promesse est une chaussette (Julian)   Ven 30 Juin - 18:53

« En effet. Appelez-moi madame la présidente. » Il s'intéressait à la vie du club. Personne ne s'intéressait jamais à la vie du club. D'habitude, les gens venaient déposer leur chaussette, faisaient une remarque sur la décoration et s'en allaient en souhaitant une bonne journée. Dans le meilleur des cas. Mais lui s'intéressait au club. Peut-être était-ce une déformation professionnelle. Primrose se plaisait à imaginer que les avocats étaient des justiciers à leur façon, à défendre la veuve et l'orphelin et à se soucier des petites gens de ce monde. La réalité devait être bien différente, mais qu'importe. Celui qui lui faisait face correspondait tout à fait à cet idéal, aussi avait-elle esquissé une moue approbative lorsqu'il lui avait révélé cette information.

Quand il lui donna raison à propos de la disparition de la chaussette jumelle, Prim eut un sourire fier. « L'appel du devoir à accomplir a été plus fort. Et sa jumelle devait atterrir ici. C'était son destin », assura-t-elle en haussant les épaules, l'air de dire que tout était écrit. Prim se plaisait à croire que l'univers ne faisait que s'amuser avec le commun des mortels et contre ça, il n'y avait rien à faire. Elle n'eut pas le temps d'amortir le début d'un geste pour s'emparer de la chaussette qu'il... la lui posa sur la tête. Wow. Ce gars-là était complètement fou. Et en matière de bizarrerie, la rouquine n'était pas  une novice. Les yeux ronds, elle le dévisagea un instant avant d'éclater d'un rire nerveux. Elle attrapa la vilaine et se retourna pour lui trouver un foyer — et cacher ses joues rosées par la même occasion — lorsque le désormais-plus-tout-à-fait-inconnu se présenta. Prim regarda sa main tendue quelques secondes, prise d'une hésitation. Puis son regard chercha celui du dénommé Julian, et elle ne put résister. « Primrose », avoua-t-elle dans un sourire contenu en lui serrant la main. Et zut. À ce contact, son cœur avait manqué un battement avant de s'emballer un peu trop à son goût. Elle en avait eu le pressentiment et ça n'avait pas manqué. Et ça la perturbait.

Ne laissant rien paraître, Prim retira sa main bien vite. Sans qu'elle comprenne pourquoi, elle ressentit alors le besoin urgent de se laver les mains. Ce qui était stupide, mais son esprit restait bloqué sur cette pensée. Se laver les mains. Primrose plaqua la chaussette contre le torse de son propriétaire afin qu'il s'en saisisse et fila d'un pas alerte pour farfouiller dans son sac, accroché à un porte-manteau derrière la porte. Elle en retira un gel hydroalcoolique. Un, deux, trois, quatre. Un, deux, trois, quatre. Un, deux, trois, quatre. Un, deux, trois, quatre. Là, il y en avait assez, trop même, mais c'était pile ce dont elle avait besoin. Le chiffre quatre était parfait. Elle frotta ses mains avec énergie, grimaça car cela picotait et releva la tête, désormais plus sereine. Se souvenant qu'elle n'était pas seule, elle se sentit soudain bien bête. « J-je... Les chaussettes sont des êtres fragiles, je prends mes précautions », se contenta-t-elle de lâcher dans un sourire forcé en rangeant ses affaires. Cela n'avait aucun sens, mais elle n'avait rien trouvé de mieux.

Revenue à côté du donateur, Prim scruta les boîtes de chaussures avec intensité. « Mmh. Nous n'avons pas de boîte à l'effigie de super-héros, observa-t-elle après quelques secondes. Ou là-dedans, peut-être ? » La rouquine se pencha pour retirer avec précaution une boîte qui se trouvait en bas de la pile. L'objet en question était absolument indescriptible. Peint avec peu de soin, il était à la fois rayé aux couleurs de l'arc-en-ciel sur une partie, on pouvait aussi y voir une tortue, des étoiles... Du grand n'importe quoi. « C'est la boîte aux merveilles, explicita Primrose. Toute les chaussettes qui ne sont pas unies, ou à pois, que sais-je, nous les mettons dans cette boîte. On en trouvera peut-être une qui pourrait faire l'affaire. La boîte désormais posée sur la table au milieu de la paperasse du club, Prim en souleva le couvercle. À l'intérieur, une dizaine de chaussettes extravagantes étiquetées du nom de leur donateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://love-disease.forumactif.org/t166-f-soeur-adoree-pour-rps-

Epine
avatar

Julian Taylor
▲ ▼ ▲ Love disease ▲ ▼ ▲


La recherche de l'amour : A la recherche, peut-être toi ?
Lettres d'amour postées : 223

MessageSujet: Re: Une promesse est une chaussette (Julian)   Mar 11 Juil - 21:30

Julian
 FT. Primrose
Une promesse est une chaussette

feat. Primrose
 
Bien sûr qu'il s'intéressait à la vie du club. C'était tout de même un club totalement atypique et les choses atypiques parlaient à Julian. D'ordinaire, il évoluait dans un monde plutôt rigide, notamment au boulot, alors il se sentait d'autant plus attiré par l'originalité. "C'est un honneur, Madame la Présidente !" Il lui sourit doucement avant de lui raconter la drôle d'histoire de la chaussette disparue. Une histoire inventée, bien sûr, mais ça rendait la chose bien plus drôle, non ? Son destin ? Et si celui de Julian avait été de pénétrer dans cette boutique de fleurs l'autre soir, puis de se retrouver ici, dans ce lieu ? Pourtant, le jeune homme n'avait jamais vraiment cru à quelque chose comme le destin. Quelque chose en lui se sentait toutefois inexorablement attiré vers cette jeune femme. Il ne pouvait se l'expliquer, vraiment pas. Son cœur avait des réactions étranges en sa présence aussi. Il n'était pas certain de ce que tout ça signifiait et pour l'heure, il préférait ne pas trop y penser.

Il finit par se présenter en tendant la main à la jeune femme. Primrose. C'était joli. Et ça collait parfaitement au personnage. "Ce prénom vous va à merveille." Il lui adressa un charmant sourire, sourire qui disparut toutefois en voyant la jeune femme retirer rapidement sa main comme si elle venait d'être électrocutée. Ou pas loin. Au même moment, Julian commença à voir trouble et pas qu'un peu. Il voyait à peine la silhouette de la rouquine plus loin, tout n'était que brouillard. Tout était flou, affreusement flou. Il cligna plusieurs fois des yeux et se mit à les frotter bêtement. Que diable se passait-il ? Ce n'était définitivement pas normal. Sa vue ne pouvait quand même pas se dégrader d'une seconde à l'autre d'une telle façon ? Non. Mais alors comment expliquer ce qui venait de se passer ? Et comment expliquer le fait que ça ne semblait pas du tout s'améliorer ? Primrose revint après s'être lavée les mains tout en lui donnant une explication un peu bizarre. Julian tenta tant bien que mal de faire comme si de rien n'était, mais ce n'était pas facile à cet instant. "Vos chaussettes sont des antiquités ?" Au fond, peu importe. Primrose était peut-être simplement quelqu'un d'un peu maniaque. Julian l'était aussi, dans une certaine mesure. Il n'allait certainement pas la juger pour ça.

Il écouta à peine ce que dit la jeune femme par la suite, toujours perturbé par ce qui lui était arrivé. Il voyait toujours trouble, comme s'il y avait un voile devant ses yeux. Alors il ne pensait plus vraiment aux chaussettes et à leurs boîtes. "Je suis désolé. Je ne me sens pas très bien. Vous avez des toilettes quelque part ?" Merde, merde. C'était quoi ce bordel ? Était-il sur le point de tomber dans les pommes ? Il devait se calmer, respirer profondément. Mais son cœur s'affolait toujours autant. C'était arrivé d'un coup, sans prévenir, alors forcément, il se posait des questions et s'inquiétait. Il n'avait jamais vraiment eu de soucis de santé, en plus.

code par EXORDIUM. | gif par Tumblr |


 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Newbie
avatar

Primrose Bloomfield
▲ ▼ ▲ Love disease ▲ ▼ ▲


La recherche de l'amour : A la recherche, peut-être toi ?
Lettres d'amour postées : 102

MessageSujet: Re: Une promesse est une chaussette (Julian)   Sam 22 Juil - 20:35

Son prénom lui allait à merveille. C'était lui qui le disait, alors Primrose avait toutes les raisons de le croire. Il l'appelait madame la présidente, après tout. Elle ne pouvait donner tort à ceux qui entraient dans son jeu. Bien contente d'avoir une distraction pour ne pas rougir éhontément face à ses compliments, Primrose tentait de masquer son large sourire en s'activant à sa tâche : trouver une boîte d'accueil pour la fameuse chaussette. Elle ne remarqua pas que son visiteur avait l'air patraque, trop occupée à gérer ses pulsions à l'aide de son gel hydroalcoolique. Si elle avait osé lever les yeux, cela n'aurait pu lui échapper. Mais voilà, elle se sentait étrangement intimidée par ce jeune homme qui était pourtant des plus prévenants. Prim avait tendance à paniquer en temps normal mais là, ça atteignait des sommet sans raison apparente.

Tâchant de se souvenir d'inspirer puis d'expirer, elle fut ravie qu'il lui donne un sujet de conversation suite à sa ruée incontrôlable pour se laver les mains. « Vous avez tout compris, lâcha-t-elle avec un timide sourire. Certaines sont des objets d'histoire. Du moins, de l'histoire de Northworth. Ou de ses habitants, disons. Un jour, une vieille dame m'a apport... » Ayant repris un peu de contenance en se lançant dans un récit qui n'aurait pas de fin, Primrose leva les yeux vers Julian. Et vit enfin que ce dernier n'avait pas l'air dans son assiette. Muette, la rouquine l'observa quelques secondes, figée avec sa chaussette à la main au-dessus de la boîte multicolore. Faisait-il une réaction allergique à la solution hydroalcoolique dont elle avait bien abusé et dont l'odeur avait embaumé l'air quelques instants ? Elle ouvrit la bouche pour lui poser la question, mais le jeune homme la devança. « O-oh oui, bien sûr », bégaya Prim en lui montrant la voie, une porte le long du mur qui n'était pas encombré des boîtes à trésors.

Une fois Julian disparu, la présidente du club se trouva bien embêtée. Afin ne pas trop s'inquiéter pour lui, Prim se décida à s'occuper l'esprit et les mains. Une bouilloire était posée au milieu de divers papiers sur la table, elle s'en empara pour la brancher et réchauffer l'eau. Elle avait déjà bu un thé lorsqu'elle s'impatientait en début de matinée et ce n'était sûrement pas une décision des plus raisonnables, mais il fallait qu'elle s'occupe. Elle sortit une autre tasse de la commode qui contenait tout le bazar du club, deux sachets de thé vert en sifflotant sans conviction. Quelques secondes lui furent nécessaires avant qu'elle puisse poser deux petites cuillères sur la table, prenant garde à les aligner parfaitement avec les piles de papiers qui avaient tous un rapport avec les chaussettes et qu'elle s'activait à ranger parfaitement pour qu'il ne dépassent pas d'un millimètre. L'eau désormais bouillante, elle en versa avec précaution dans les deux tasses avant d'y plonger les sachets.

Prim se laissa tomber sur une chaise avec un soupir et posa les yeux sur la chaussette à l'éclair, posée juste là. Elle espérait que son propriétaire n'était pas malade et qu'il avait juste eu un étourdissement. Mais en Anglaise digne de ce nom, s'il y avait bien une chose dont elle était certaine, c'était que le thé pouvait bien tout guérir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://love-disease.forumactif.org/t166-f-soeur-adoree-pour-rps-

Epine
avatar

Julian Taylor
▲ ▼ ▲ Love disease ▲ ▼ ▲


La recherche de l'amour : A la recherche, peut-être toi ?
Lettres d'amour postées : 223

MessageSujet: Re: Une promesse est une chaussette (Julian)   Sam 22 Juil - 22:36

Julian
 FT. Primrose
Une promesse est une chaussette

feat. Primrose
 
Inutile de le nier, Julian était totalement sous le charme de cette jeune femme. Il l'avait déjà été la première fois qu'il l'avait vue, dans cette boutique de fleurs, mais ça se précisait de minute en minute. C'était très étrange car il n'avait jamais ressenti une chose pareille pour qui que ce fût par le passé. Il avait eu quelques petites amourettes, mais c'était bien tout ce qu'elles avaient été. Des amourettes. Il n'était jamais vraiment tombé amoureux et avait toujours évité de le faire, par peur. Néanmoins, pouvait-on vraiment contrôler ce genre de choses ? Sans doute que non, mais à l'heure actuelle, il aimait s'en donner l'impression et s'en convaincre. Il ignorait encore qu'il était en train de s'éprendre de cette jolie rousse au sourire ravageur et qu'elle changerait bientôt sa vie à jamais. Il ignorait que ces battements de cœur plus rapides n'allaient certainement pas s'arranger et que cette maudite vue brouillée allait devenir chose courante en présence de Primrose. De ce fait, il se sentait vraiment très perturbé lorsque ça ne semblât pas s'arranger du tout.

Ne se sentant soudain pas très bien et ne comprenant aucunement ce qui lui arrivait, il demanda à son interlocutrice de lui indiquer les toilettes. Peut-être que ça irait mieux après s'être passé un peu d'eau sur le visage. Peut-être. Il eut d'ailleurs un peu de mal à rejoindre l'endroit en question et faillit se cogner contre il ne savait quel meuble au passage. Merde. Si ça continuait, il allait devoir passer des examens médicaux car ce n'était définitivement pas normal. Il ne faisait évidemment pas encore le lien entre cet étrange symptôme et ce qu'il commençait à ressentir pour cette jeune femme qu'il n'avait pourtant vue que deux fois. Là encore, il ignorait que Primrose était sa correspondante secrète, celle avec qui il aimait tant échanger des lettres, des mots parfois simples, mais qui n'en étaient pas moins profonds pour autant. De ce fait, il se sentait assez perdu face à la situation. Car il avait commencé à nourrir certains sentiments inexplicables pour cette correspondante sans l'avoir jamais vue, sans même connaître son nom. Bon sang. C'était trop compliqué.

Une fois aux toilettes, il referma derrière lui et se passa aussitôt de l'eau sur le visage avant de relever la tête vers la glace et de pousser un énorme soupir. Sa vue semblait être revenue à la normale. Dans le doute, il se mit bêtement à examiner ses yeux de très près. Comme s'il pouvait vraiment y voir quelque chose. S'il avait un souci, seul un professionnel le décèlerait. Il resta là quelques instants avant de finalement ressortir après avoir réussi à se calmer tant bien que mal. Il sentit aussitôt l'odeur de thé et esquissa un petit sourire en voyant Primrose assise à la table sur laquelle se trouvaient deux tasses. "Eh bien ! On dirait que je suis gâté !" Il s'installa en face de la jeune femme et lui adressa un nouveau sourire. Il voyait à nouveau clair et décida donc de ne plus y penser pour le moment, même si ça restait dans un coin de sa tête. Oui, il était inquiet, mais il voulait profiter encore un peu de ce petit moment en charmante compagnie. "Merci pour le thé ! Comment avez-vous deviné que c'était mon préféré ?" Le pire, c'était qu'il ne disait même pas ça pour faire plaisir. C'était bel et bien son thé préféré, même s'il carburait surtout au café.

"Je suis désolé pour tout à l'heure. J'espère ne pas vous avoir inutilement inquiétée. Ça va, maintenant !" Sans plus attendre, il attrapa la tasse et but quelques petites gorgées de thé avant de la reposer. "Je crois que vous alliez me raconter une petite histoire tout à l'heure. Vous voulez bien reprendre ? Ça m'intéresse beaucoup !" Curieux un jour, curieux toujours. Et puis, il aimait bien écouter Primrose. Elle dégageait quelque chose d'apaisant. Il observa la jeune femme avant d'avoir à nouveau cette satanée vue qui se brouillait. Là, ça commençait clairement à devenir inquiétant...Peut-être devrait-il couper court à cette petite entrevue. Peut-être...mais il n'en avait absolument aucune envie.

code par EXORDIUM. | gif par Tumblr |


 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
▲ ▼ ▲ Love disease ▲ ▼ ▲



MessageSujet: Re: Une promesse est une chaussette (Julian)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une promesse est une chaussette (Julian)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Double nationalité: Une promesse dans le vent ?
» Plus d'espoir des retrouver des survivants de La Promesse Collège Evangélique
» Une promesse non tenue...
» Une promesse éternelle
» Je vais revenir, je voius en fait la promesse.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LOVE DISEASE :: Northworth :: Centre ville-
Sauter vers:  
L'intégralité du forum appartient à ses administratrices. Toute reproduction partielle ou totale de son contenu est interdite.
© Love disease