L'amour est un piège dans cette ville maudite
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La fleur et l'avocat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Newbie
avatar

Primrose Bloomfield
▲ ▼ ▲ Love disease ▲ ▼ ▲


La recherche de l'amour : A la recherche, peut-être toi ?
Lettres d'amour postées : 101

MessageSujet: La fleur et l'avocat   Jeu 22 Juin - 0:41

La fleur et l'avocat

« Pfiou. » Peu conciliante, cette dame élégante qui venait de quitter la boutique. Trop colorées, trop parfumées... À croire que certains cherchaient à acheter et offrir des fleurs fanées. Mais pas de quoi entamer la bonne humeur de Primrose. Le soleil descendait dans le ciel, les rues se vidaient et surtout, le cerveau de la rouquine était focalisé sur la composition de son dîner du soir : pas de doute, sa journée de travail touchait à sa fin. Ce que la fleuriste vérifia tout de même d'un coup d’œil à l'horloge au mur, ayant conscience que le niveau d'appétit de son estomac n'était pas un indicateur fiable.

Primrose se mit à siffloter en se dirigeant vers l'arrière boutique. Un coup de balai à passer, les fleurs à rentrer, des affaires à ranger... En quelques minutes, tout était parfait. Satisfaite, elle attrapa à la volée les clés du magasin, son sac et éteignit les lumières. Arrivée dehors, Primrose allait tourner la clé dans la serrure lorsqu'elle se ravisa. Elle avait oublié une chose capitale.

Laissant la porte ouverte, elle ralluma les lumières, traversa le magasin en trottinant pour arriver dans l'arrière boutique et dirigea son regard vers le petit bureau dans l'angle de la pièce. « J'ai failli oublier de faire mon rapport. La mission du jour a été remplie avec succès, agent Cornélius, sourit-elle à l'attention de son cactus adoré, qui trônait là dans son petit pot. Sois sage.  À demain. » Quand aucun collègue ne se trouvait dans les parages, Prim ne se gênait pas pour parler à ses plantes et faire le bilan de la journée. Quand elle n'était pas seule non plus, cela dit.

Alors que le sentiment du devoir accompli s'emparait d'elle, Primrose sursauta soudain. Une voix. Soit une des plantes du magasin avait pris vie et souhaitait faire la conversation, soit quelqu'un était entré et elle n'avait pas entendu la clochette. Ce qui était sûr, c'est que le cœur de la rouquine avait raté un battement. Reposant ses affaires, Prim s'empara d'une petite pelle qui traînait sur l'établi. Si elle devait affronter un monstre de chlorophylle, mieux valait être prête pour le combat.

Avec tout son courage, elle passa une tête dans la boutique. Et c'est ainsi, dans sa robe jaune poussin et une mini pelle à la main, qu'elle fit face à un inconnu. Un petit soleil armé d'une pelle. À n'en pas douter, elle devait être très impressionnante. Rendue muette par la situation, Prim sentit le rose lui monter aux joues. Elle aurait pourtant parié sur la plante vivante.


Dernière édition par Primrose Bloomfield le Mar 27 Juin - 23:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://love-disease.forumactif.org/t166-f-soeur-adoree-pour-rps-

Epine
avatar

Julian Taylor
▲ ▼ ▲ Love disease ▲ ▼ ▲


La recherche de l'amour : A la recherche, peut-être toi ?
Lettres d'amour postées : 221

MessageSujet: Re: La fleur et l'avocat   Jeu 22 Juin - 17:00

Julian
  FT. Primrose
La fleur et l' avocat

feat. Primrose
 
En retard. Il était en retard. Encore un peu et on aurait pu prendre Julian pour le Lapin Blanc d'Alice au Pays des Merveilles. Sauf qu'il n'avait rien d'un lapin et qu'il ne se baladait pas avec une montre à gousset dans la main. Mais ce n'était qu'un détail. Le principe restait le même. Il venait de sortir du bureau et avait donc fini sa journée. Alors qu'il était sur le chemin pour rentrer chez lui, il se rappela subitement du jour qu'on était. L'anniversaire de sa mère. Il avait totalement oublié ! Oui, c'était honteux, mais il avait une bonne excuse. Il travaillait sur un gros dossier très complexe actuellement et il ne pensait presque plus qu'à ça. Ces dernières semaines, il se consacrait presque entièrement à son travail et il ne comptait même plus les heures supplémentaires qu'il avait déjà faites. C'est là qu'il se disait que s'il était en couple, la situation serait encore plus difficile. Quoiqu'il en soit, en sortant du travail, son frère lui avait envoyé un sms pour lui rappeler le petit dîner organisé chez leurs parents pour l'anniversaire de leur mère. Comment avait-il pu oublier ça ?

Il ne pouvait pas venir les mains vides, c'était totalement inconcevable. Il devait au moins faire un petit geste pour sa mère et comme il n'avait pas le temps de trop réfléchir à la question du cadeau, il opta pour des fleurs. Sa mère adorait les fleurs, alors il était certain de lui faire plaisir avec un joli bouquet. Mais y avait-il encore un fleuriste ouvert à cette heure ? Il devait tenter le coup. Il en allait de son honneur de fils modèle ! Oui, bon, il n'était pas vraiment le fils modèle, même s'il faisait de son mieux pour que ses parents soient fiers de lui et pour leur causer le moins de tracas possibles. Il se souvenait justement d'une boutique devant laquelle il passait régulièrement sans pourtant s'y être encore arrêté. En même temps, l'occasion d'offrir des fleurs à quelqu'un se faisait très rare chez lui étant donné qu'il n'avait personne à qui en offrir - hormis sa mère.

Il pressa donc le pas et se mit carrément à courir avant d'arriver devant la boutique dont la porte était ouverte. Julian s'arrêta et reprit son souffle, infiniment soulagé. Il était encore temps ! Il entra donc dans le magasin, mais ne voyant personne, il décida de signaler sa présence. "Excusez-moi ?" Pas de réponse. C'était étrange. La porte était ouverte, il devait donc y avoir quelqu'un. Et si c'était un cambrioleur ? Devait-il appeler la police ? Non, avant de s'emballer, il devait analyser la situation ! Il n'y avait aucune trace d'effraction ni de lutte ou autre. Peut-être que la personne qui s'occupait de la boutique ne l'avait tout simplement pas entendu et qu'elle se trouvait dans l'arrière-boutique. Ce fut d'ailleurs de là que sortit une silhouette quelques secondes plus tard. Silhouette qui s'avéra être une ravissante jeune femme tenant une petite pelle. Et elle n'avait pas l'air très rassurée. Julian ne mit que quelques instants à assimiler la situation, se disant qu'elle avait dû avoir été surprise par sa venue.

Afin de lui montrer qu'il venait en paix - et surtout pour acheter quelque chose - il adressa un petit sourire à la jeune femme et leva démonstrativement les mains. "Je viens en paix !" Il pouvait vraiment être idiot, des fois. Mais il espérait que sa réplique ridicule allait détendre la fleuriste. Car il supposait que c'était elle qui tenait cette boutique ou qu'elle y travaillait, tout du moins. "Je suis désolé si je vous ai fait peur. J'ai vu la porte ouverte...et j'ai besoin d'un bouquet." Autant aller droit au but. Manifestement, la jeune femme s'apprêtait à fermer, il ne voulait pas la retenir trop longtemps.

code par EXORDIUM. | gif par Tumblr |


 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Newbie
avatar

Primrose Bloomfield
▲ ▼ ▲ Love disease ▲ ▼ ▲


La recherche de l'amour : A la recherche, peut-être toi ?
Lettres d'amour postées : 101

MessageSujet: Re: La fleur et l'avocat   Jeu 22 Juin - 22:57

Un homme charmant pouvait-il être dangereux ? De surcroît, un homme charmant qui avait besoin d'un bouquet ? Mmh. Sûrement pas. Il était élégant, en plus. Ne disait-on pas qu'il fallait se fier aux apparences ? Ou peut-être était-ce l'inverse, Primrose n'avait jamais été très douée pour les proverbes. Plus détendue, elle fit un gros effort pour réprimer un sourire quand l'inconnu leva les mains en l'air. C'est qu'il s'agissait de paraître sérieuse et pas commode. Après tout, elle ne savait pas à qui elle avait affaire.

Tâchant de contenir sa moue amusée, la fleuriste fit quelques pas dans sa direction, sa pelle brandie telle une petite épée. « Nous avons des règles de sécurité très sérieuses ici, vous savez, assura-t-elle le plus sérieusement possible en se rapprochant de lui. Un client qui arrive après la fermeture, cela ne peut être qu'un fleuriste concurrent venu faire de l'espionnage industriel. » Arrivée à la hauteur du jeune homme, Prim leva sa pelle et planta son regard dans celui de l'inconnu. « Vous me promettez de ne pas me ligoter et me piquer notre livre de créations ?  Si vous me promettez, on cherche le bouquet parfait. » Prim essaya de garder son air sérieux mais baissa vite les yeux, un peu intimidée par celui qui lui faisait face. Elle eut un coup de chaud et laissa échapper un rire étouffé, effectuant un pas de côté pour poser sa pelle sur le comptoir de vente, histoire de reprendre un peu de contenance. « Et vous n'êtes pas en retard car on vous a ligoté, n'est-ce pas ? » s'enquit-elle, soudain très inquiète d'avoir pu faire une blague traumatisante. Tout être rationnel aurait su qu'il n'y avait aucune chance pour que ses inquiétudes soient fondées. Mais le sens de la mesure n'était décidément pas une qualité dont Primrose avait été dotée.


Dernière édition par Primrose Bloomfield le Mer 28 Juin - 20:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://love-disease.forumactif.org/t166-f-soeur-adoree-pour-rps-

Epine
avatar

Julian Taylor
▲ ▼ ▲ Love disease ▲ ▼ ▲


La recherche de l'amour : A la recherche, peut-être toi ?
Lettres d'amour postées : 221

MessageSujet: Re: La fleur et l'avocat   Ven 23 Juin - 21:30

Julian
  FT. Primrose
La fleur et l' avocat

feat. Primrose
 
Julian ne savait pas pourquoi, mais il se sentait étrangement fasciné par cette jeune femme avec sa petite pelle. Elle dégageait quelque chose de différent, d'unique. Dans le sens positif du terme, évidemment. Afin de dissiper tout malentendu, il s'était empressé de lui dire qu'il était juste là pour un bouquet, mais la jeune femme sembla dubitative et parla même d'espionnage industriel. Rien que ça. Le jeune homme fronça légèrement les sourcils avant de sourire doucement, plutôt amusé par la situation. "La porte était ouverte, alors j'ai suppos" que vous n'étiez pas encore fermée. Toutes mes excuses ! Et je peux vous jurer que je n'ai pas d'autre objectif que d'acheter un bouquet." Il commençait à se sentir fort amusé par la situation car il était quasiment sûr que la jeune femme n'était pas sérieuse, malgré son effort apparent de l'être. "Allons, je ne vais pas vous ligoter. Vous pouvez me fouiller si vous voulez, je n'ai pas de corde sur moi !" Il était sérieux, là ? Il était ridicule, mais bon, le ridicule ne tuait pas et puis, c'était un peu Julian au naturel.

Son sourire s'agrandit lorsqu'il vit son interlocutrice rire doucement. Ce fut d'ailleurs le déclencheur de son propre rire. Il avait le rire facile et la situation était tellement loufoque que c'était plus fort que lui. Cette fille semblait avoir une imagination débordante, alors pourquoi ne pas entrer dans son jeu ? Il reprit son sérieux et croisa les bras. "Je ne sais pas comment vous avez su, mais tout à l'heure, un cambrioleur s'est introduit au bureau et m'a ligoté sur ma chaise. Il ne voulait pas mon argent...mais il est parti avec mon stylo préféré." Son stylo préféré ? Sérieusement ? Mieux valait qu'il arrête tout de suite avant de se mettre à raconter connerie sur connerie. Toutefois, c'était étrange. Il se sentait très à l'aise en compagnie de la jeune femme. Bon, en même temps, il était quelqu'un de sociable, ça devait jouer. Mais il avait l'impression qu'il y avait autre chose.

Il observa la jolie rousse et cligna des yeux plusieurs fois, ayant soudain l'impression d'avoir la vue légèrement brouillée. Bah, ce devait être la fatigue. "Alors ? Vous voulez bien m'aider à choisir ce bouquet ? Il est pour ma mère..." Il ne savait même pas pourquoi il avait pris la peine de préciser ce détail. Peut-être parce que le choix du bouquet serait différent que s'il était destiné à une petite amie.

code par EXORDIUM. | gif par Tumblr |


 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Newbie
avatar

Primrose Bloomfield
▲ ▼ ▲ Love disease ▲ ▼ ▲


La recherche de l'amour : A la recherche, peut-être toi ?
Lettres d'amour postées : 101

MessageSujet: Re: La fleur et l'avocat   Sam 24 Juin - 10:13

Drôle d'oiseau que celui qui avait débarqué au milieu de ses fleurs. Primrose rougit un peu plus lorsqu'il assura qu'elle pouvait le fouiller. Elle passa plusieurs fois la main dans ses cheveux. Calme. Il fallait restait calme. Ce n'était qu'un client comme un autre. Et puis il paraissait inoffensif, Prim en était désormais persuadée. On ne pouvait pas rire et parler avec une telle douceur si on était motivé par la malveillance.

Mais d'un air grave, il croisa les bras et Primrose s'inquiéta. Alors elle avait vu juste, vraiment ? Son stylo préféré, en plus. Les gens n'avaient décidément aucune limite et aucun respect pour la valeur émotionnelle qu'on pouvait accorder aux choses. « J-je... Oh je suis désolée, tellement désolée, dit-elle avec précipitation. Je ne voulais pas, je... » La fleuriste détourna le regard. Elle avait envie de devenir miniature et de pouvoir s'enterrer dans un petit pot de terre. Là au moins, elle ne pourrait plus blesser les gens par inadvertance. Ses yeux se posèrent sur la pelle posée sur le comptoir, et Prim ressentit soudain le besoin de l'aligner parfaitement avec le bord du meuble. Elle la manipula quelques secondes, la replaçant plusieurs fois. Là. C'était mieux.

Se sentant observée, elle inspira profondément et releva la tête. Le bouquet, bien sûr. Cet homme n'était pas venu pour ses beaux yeux, il avait une mission à remplir. « Le bouquet, oui ! Cherchons ça. » Heureuse d'avoir un objectif pour l'occuper et sûre d'elle dans son domaine, le vide se fit dans l'esprit de Prim et elle se mit à observer le jeune homme. À quoi pouvait donc ressembler sa mère ? Lui était aimable, propre sur lui, mign... Propre sur lui et aimable. Elle imaginait une femme raffinée. Peut-être avait-elle tort, l'exercice était périlleux et touchait à l'intime. Mais elle ne pourrait le savoir qu'en faisant des propositions, et elle devait se rattraper.

La fleuriste dirigea son regard dans un coin de la pièce. Il était là. Elle fit quelques pas pour prendre avec délicatesse le bouquet qu'elle avait en tête. Le tenant de ses deux mains, elle se rapprocha du jeune homme en humant l'odeur puissante qui se dégageait des fleurs. « Des lys blancs. Simple. Élégant. À moins que vous ne vouliez quelque chose de plus coloré ? » Primrose tendit les fleurs au jeune homme pour qu'il puisse les sentir. Elle l'observa et là, un peu cachée derrière son bouquet, elle sourit. Un sourire sans raison. Incontrôlable et réconfortant comme les premiers rayons de soleil du printemps.


Dernière édition par Primrose Bloomfield le Mer 28 Juin - 20:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://love-disease.forumactif.org/t166-f-soeur-adoree-pour-rps-

Epine
avatar

Julian Taylor
▲ ▼ ▲ Love disease ▲ ▼ ▲


La recherche de l'amour : A la recherche, peut-être toi ?
Lettres d'amour postées : 221

MessageSujet: Re: La fleur et l'avocat   Dim 25 Juin - 1:48

Julian
  FT. Primrose
La fleur et l' avocat

feat. Primrose
 
Julian n'aurait jamais cru que son interlocutrice prendrait ce qu'il venait de dire au sérieux. L'histoire semblait tellement abracadabrante qu'il avait été persuadé qu'elle n'y croirait pas et réaliserait que c'était une blague. Apparemment, il s'était trompé, vu la réaction de la jeune femme. Elle avait l'air toute confuse et sincèrement désolée. Merde. C'était bien la première fois que ça lui arrivait. D'ordinaire, les gens finissaient soit par rire de ses conneries soit par rentrer dans son jeu. "Euh...C'était une blague." Il se passa une main dans la nuque, geste typique quand il se sentait embarrassé et totalement con, comme maintenant. "Je suis désolé, je pensais que vous réaliseriez que je plaisantais." Il espérait qu'elle ne le prendrait pas trop mal car ça l'embêterait quand même beaucoup de faire de la peine à une si charmante jeune femme. Non pas qu'il soit du genre à flirter avec chaque jolie fille qu'il croisait, ou alors il le faisait souvent sans vraiment s'en rendre compte. Et puis, de toute façon, quelqu'un d'autre occupait ses pensées actuellement.

Ce qui lui arrivait était vraiment étrange. Pourquoi pensait-il si souvent à quelqu'un qu'il n'avait jamais vu ? Quelqu'un qu'il ne connaissait qu'à travers des lettres ? Mais quelles lettres...Chacune d'entre elles était une petite œuvre d'art en elle-même. Mais ce n'était ni le moment ni le lieu pour penser à ça. Il secoua légèrement la tête et observa la jeune fleuriste avant de se frotter les yeux. Il devait être bien plus fatigué qu'il ne l'avait cru pour commencer à voir trouble. Il espérait seulement qu'il ne s'endormirait pas pendant la soirée d'anniversaire de sa mère.
Quoiqu'il en soit, la jeune femme revint avec un magnifique bouquet de lys. Il ne put s'empêcher d'esquisser un sourire en voyant celui de son interlocutrice, à moitié masqué par les fleurs qu'elle lui tendait à présent. Pourquoi souriait-il comme ça ? Il n'en savait rien, mais ce n'était pas important. Il prit donc le bouquet et ferma les yeux pour humer le parfum des fleurs. "C'est parfait." Il rouvrit les yeux et adressa un nouveau sourire à la fleuriste. "Je vais le prendre !"

Il était certain que ça plairait à sa mère, elle était tout à fait du genre à aimer ces fleurs-là. "Vous êtes douée. Vous avez tout de suite deviné ce qu'il me fallait !" Il sortit son portefeuille de sa poche afin de payer. Il ne voulait pas retarder encore plus la jeune femme ni prendre le risque d'arriver en retard. "Qu'est-ce que je vous dois ? Outre des excuses pour vous avoir empêché de fermer à l'heure..."
code par EXORDIUM. | gif par Tumblr |


 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Newbie
avatar

Primrose Bloomfield
▲ ▼ ▲ Love disease ▲ ▼ ▲


La recherche de l'amour : A la recherche, peut-être toi ?
Lettres d'amour postées : 101

MessageSujet: Re: La fleur et l'avocat   Dim 25 Juin - 22:24

Alors comme ça, le client s'était joué d'elle. Mmh. On ne l'y reprendrait pas. Primrose devait garder calme et professionnalisme. Si elle n'avait pas eu une mission sur laquelle se concentrer, les larmes lui seraient sans doute montées aux yeux mais voilà : tout semblait plus simple lorsqu'elle était entourée de verdure. Et puis même si elle avait eu l'air stupide et qu'elle détestait cela, son interlocuteur avait l'air sincèrement désolée. Faute à moitié avouée... vous connaissez.

Et surtout, elle avait vu juste dans ses attentes et cela n'avait pas de prix aux yeux de la fleuristes. Il avait même prononcé le mot « douée ». Le visage de Primrose se fendit d'un large sourire et elle haussa les épaules pour signifier que ce n'était rien. C'était tout, en vérité. Chaque compliment lui réchauffait le cœur et elle se rappelait de chacun d'eux, souriant parfois dans la pénombre de sa chambre lorsqu'au moment de s'endormir, les doux mots qu'on lui avait adressés un jour lui revenaient à l'esprit. Il était vrai que ces dernières semaines, c'étaient plutôt les mots griffonnés sur des feuilles de papier qui la tenaient éveillée. Parfois absurdes, toujours attendrissants. Des mots dont elle ne savait rien de leur auteur, surtout. C'était le deal. Ces lettres devaient rester une bulle hors du temps. Alors Primrose savait aussi apprécier la réalité.

La fleuriste passa de l'autre côté du comptoir pour finaliser la vente. « Alors, vous me devez... commença-t-elle à la recherche de l'étiquette du prix dans le bouquet, avant de marquer une pause et de relever la tête. Un sourire mutin aux lèvres, elle fixa le client. Vous me devez un mot gentil, votre plus beau souvenir et une chaussette. » Pour appuyer ses dires, Primrose se ressaisit du bouquet et le serra contre elle. « Ce sera votre peine pour vous être moquée de moi tout à l'heure. Pour me faire pardonner, j'aurais été prête à vous l'offrir ce bouquet, vous savez ! Alors vous l'avez bien cherché. Pour la chaussette, passez au Club des Chaussettes Orphelines un samedi matin. Les permanences ont lieu entre 9 heures et midi. Pour le reste, épatez-moi. Je veux un souvenir qui me fasse regretter de ne pas vivre votre vie. » C'est qu'elle était piquée au vif, la rose. Et surtout amusée de pouvoir prendre sa revanche. Avec l'air le plus hautain qu'elle était capable d'exprimer malgré son sourire en coin —  autant dire qu'elle avait l'air d'un chaton qui voudrait paraître féroce — Primrose approcha les fleurs de son visage et respira leur odeur. Si ce monsieur voulait avoir la chance de faire la même chose, il était dans son intérêt d'obtempérer.


Dernière édition par Primrose Bloomfield le Mer 28 Juin - 20:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://love-disease.forumactif.org/t166-f-soeur-adoree-pour-rps-

Epine
avatar

Julian Taylor
▲ ▼ ▲ Love disease ▲ ▼ ▲


La recherche de l'amour : A la recherche, peut-être toi ?
Lettres d'amour postées : 221

MessageSujet: Re: La fleur et l'avocat   Lun 26 Juin - 3:36

Julian
  FT. Primrose
La fleur et l' avocat

feat. Primrose
 
Bon sang. Cette jeune femme avait vraiment un sourire magnifique, radieux. Tout comme elle. Elle dégageait quelque chose d'unique, quelque chose d'attachant qui donnait envie à Julian d'en savoir plus sur elle. C'était étrange dans un sens étant donné que ça ne faisait que quelques minutes qu'ils se parlaient, mais parfois, certaines envies ne s'expliquaient pas. Son petit compliment semblait lui avoir fait vraiment plaisir, du coup, il était content. Il espérait bien qu'elle ne lui en voudrait pas trop pour sa plaisanterie débile. De toute façon, s'il le fallait, il s'excuserait cinquante fois de plus. Il détestait l'idée d'avoir causé du tort à quelqu'un, même de façon totalement involontaire. Parce que Julian était un vrai gentil. Un gentil parfois un peu râleur et impulsif, mais un gentil quand même. Quoiqu'il en soit, elle avait trouvé le bouquet parfait et il ne restait donc plus qu'à le payer. Du moins était-ce ce que pensait le jeune homme en sortant son portefeuille.

Il attendit donc que la fleuriste lui annonce le prix du bouquet lorsqu'il la vit esquisser un autre type de sourire. Qu'est-ce qu'elle manigançait ? Inutile de dire qu'il s'était sans doute attendu à tout sauf à ça. L'espace d'un instant, il regarda la jeune femme avec un air totalement idiot au visage, la bouche à moitié ouverte et les yeux écarquillés. En fait, il ressemblait à un merlan frit, là. Une...chaussette ? Oui, c'était ce qui l'avait marqué et surpris le plus. Le Club des Chaussettes Orphelines ? Qu'est-ce qu'elle racontait ? "Quoi ?" Était-elle en train de plaisanter à son tour ? Histoire de se venger de tout à l'heure ? Il n'aurait su le dire. La surprise passée, il émit un petit rire amusé parce que oui, au fond, c'était plutôt amusant, non ? "Et où se trouve ce club au juste ?" Il ignorait toujours si elle était sérieuse ou non, mais si elle l'était, il lui ramènerait une chaussette, c'était certain. Si ça lui permettait de la revoir, il jouerait le jeu. Quoi ? Il tenta de remettre de l'ordre dans ses idées. Récemment, une personne occupait ses pensées, très souvent. Mais cette personne était comme un mirage, un personnage sorti d'un autre monde. Alors que cette fleuriste était bien réelle. Non. Ce n'était pas ça. Sa correspondante était réelle, elle aussi. Il n'avait juste pas encore pu réellement s'en assurer. Mince. Il avait envie de la rencontrer.

Il secoua légèrement la tête afin de reprendre ses esprits. Ce n'était pas le moment de penser à ça. Il reporta donc toute son attention sur son interlocutrice. Un mot gentil ? Ça ne devrait pas être trop difficile. Voire pas du tout. "Vous êtes dure en affaires à ce que je vois ! Très bien. J'accepte." Il lui adressa un petit sourire un peu taquin. Il était joueur et il était rare de tomber sur des personnes aussi originales. Et puis, ça le changeait de ses clients ou des autres gens qu'il pouvait côtoyer au quotidien. Exception faite pour son amie d'enfance qui était totalement folle. Mais ça, c'était une autre histoire. "Vous alliez vraiment m'offrir ce bouquet ? Mais vous savez...mieux vaut être honnête, non ? Je m'en serais voulu de vous avoir fait croire quelque chose de totalement faux." Il espérait qu'il n'allait pas passer pour un dragueur invétéré avec ce qu'il s'apprêtait à dire...parce qu'il n'en était pas un et il pensait vraiment ces mots. De toute façon, qui ne tente rien n'a rien. "De toutes les fleurs de ce magasin, vous êtes de loin la plus belle." Merde. Ça ressemblait vraiment à une tentative de drague totalement pourrie. Il se mit à rire de sa propre connerie tellement il se sentait ridicule. "Je suis désolé. Ça sonnait mieux dans ma tête."

Il se désespérait lui-même, là. Autant changer rapidement de sujet. Un souvenir, hein ? Le plus beau ? C'était quand même difficile de déterminer quel souvenir était le plus beau car il y en avait beaucoup. Et certains étaient même très récents. Qu'allait-il bien pouvoir dire ? "Quand mon frère et moi étions petits, on a trouvé un chat blessé dans la rue. On l'a ramené chez nous et on en a pris soin jusqu'à ce qu'il soit à nouveau en pleine forme. Au début, il avait peur et on avait du mal à s'approcher de lui... mais le jour où il a cessé d'être effrayé et où il nous a témoigné toute sa gratitude était sans doute l'un des jours les plus beaux de ma vie. Je n'exagère pas. Il est venu nous faire des câlins et il m'a léché la joue. Je m'en souviens comme si c'était hier." Son sourire ne l'avait pas quitté pendant qu'il racontait cette petite histoire. Ce chat, il l'avait vraiment aimé et il allait de soi que toute la famille l'avait adopté. Le perdre avait été un véritable déchirement. "Je ne regrette pas d'avoir fait un bout de chemin avec ce chat et d'avoir pu lui offrir une belle vie pendant quelques années..." C'était fou à quel point on pouvait s'attacher à des êtres vivants de la sorte. "J'espère que ça vous convient, très chère."


code par EXORDIUM. | gif par Tumblr |


 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Newbie
avatar

Primrose Bloomfield
▲ ▼ ▲ Love disease ▲ ▼ ▲


La recherche de l'amour : A la recherche, peut-être toi ?
Lettres d'amour postées : 101

MessageSujet: Re: La fleur et l'avocat   Mar 27 Juin - 0:19

Déconcerter les gens, elle avait ça dans le sang. Et rien que pour l'expression affichée par son client, Primrose considérait la partie comme gagnée. Elle avait un peu de peine pour lui, mais il semblait admettre qu'il le méritait puisqu'il accepta de rentrer dans son jeu. La joie de la fleuriste fut cependant de courte durée. Où se trouvait le Club ? En voilà, un sujet qui fâchait. « Mmh, vous voyez un placard à balai ? Mais un placard à balai de luxe ? Avec une table et des chaises ? Eh bien notre local, c'est ça. Il est situé dans le centre-ville. » Il n'y avait pas à dire, elle savait vendre son affaire. Un jour, ils auraient un vrai endroit pour accueillir les donateurs. En attendant, la mairie leur refusait sous prétexte que le local suffisait largement pour l'activité du club. Mais Prim ne désespérait pas : bientôt, elle aurait un lieu digne de ce nom pour former de nouveaux couples de chaussettes et leur faire vivre une nouvelle histoire. Et il y aurait même une plaque gravée au nom du club sur la porte. Peut-être ce jeune homme participerait-il à la renommée de l'association, s'il venait vraiment y déposer une chaussette dans les jours qui suivaient. Primrose l'espérait vraiment. Et pas que pour obtenir une nouvelle chaussette.

Tenant toujours les fleurs à la main et bien décidée à ne les rendre que si son client se montrait à la hauteur, elle ne fut pas déçue par le compliment exigé. Et ne put s'empêcher de pouffer de rire en même temps que lui, malgré tous ses efforts pour rester sérieuse. « Ça sonne toujours mieux dans notre tête, ces choses-là, assura-t-elle en essayant de reprendre son calme. Mais je vous remercie, même si mes fleurs me chuchotent qu'elles ne sont pas d'accord. Et elles ont souvent raison. » Prim savait que l'homme en face d'elle ne faisait que répondre à sa demande farfelue, mais elle ne put s'empêcher de rougir. Fichues émotions.

Pas au bout de ses peines, Prim dévisagea son interlocuteur avec étonnement quand il commença à raconter son souvenir. Mais... Il n'avait pas le droit ! Il avait l'air sincère, son sourire ne trompait pas. Et les gens sincères qui partageaient un petit bout de leur vie... Eh bien, ça la faisait pleurer. Il n'y avait rien à faire contre ça. Sentant ses yeux s'embuer avant qu'elle ait eu le temps de dire « mouche », la fleuriste baissa de nouveau le regard. Elle était décidément incapable de tenir tête à ce client retardataire. Inspirer. Expirer... Elle tâcha de se calmer pendant qu'il finissait de raconter son histoire. Être émue aux larmes par une histoire de chaton, ça devait lui faire gagner au moins cinquante points sur l'échelle du ridicule. Elle arriverait sans doute au sommet, à l'issue de cette journée. La voix de son client lui fit reprendre ses esprits et elle risqua un regard dans sa direction. « Cela me convient. Je me rends, lâcha-t-elle dans un demi-sourire, reposant le bouquet sur le comptoir en signe d'armistice. Mais il faut que vous sachiez qu'invoquer les chatons pour vous sortir d'une situation délicate, c'est de la triche. Alors elle a intérêt à être en bon état, la chaussette que vous apporterez. » Cette fois-ci, Prim lui adressa un sourire non équivoque. S'il pensait qu'il allait échapper à sa tâche, il se trompait dans les grandes lignes.

Un peu perdue maintenant que tout semblait en règle, la rouquine trouva une distraction bienvenue dans l'horloge au mur. « Eh bien, j... Je crois que vous ai assez retardé, dit-elle d'une voix hésitante. À part vingt-huit livres, vous ne me devez plus rien. » Si Prim s'écoutait, peut-être aurait-elle perçu une pointe de regret dans sa voix. Bien cachée derrière son sourire affable et son ton enjoué.


Dernière édition par Primrose Bloomfield le Mer 28 Juin - 20:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://love-disease.forumactif.org/t166-f-soeur-adoree-pour-rps-

Epine
avatar

Julian Taylor
▲ ▼ ▲ Love disease ▲ ▼ ▲


La recherche de l'amour : A la recherche, peut-être toi ?
Lettres d'amour postées : 221

MessageSujet: Re: La fleur et l'avocat   Mar 27 Juin - 15:16

Julian
  FT. Primrose
La fleur et l' avocat

feat. Primrose
 
Julian avait du mal à saisir si son interlocutrice était vraiment sérieuse avec cette histoire de club. Après tout, la description semblait un peu...loufoque ? Et puis, ça ne lui en disait pas beaucoup plus sur l'emplacement exact de ce supposé endroit. Allait-il devoir passer toute une journée à chercher ce lieu peut-être imaginaire ? Les petits jeux du genre l'amusaient, certes, mais il n'avait pas vraiment le temps pour ça. Il observa la jeune femme, sourcils froncés. "Est-ce que ce club existe vraiment ou bien vous comptez me faire courir à travers toute la ville pour rien ?" Rien que l'idée d'un tel club était tirée par les cheveux, mais au final pas improbable. Encore fallait-il qu'il soit certain de son existence. "Vous avez une passion pour les chaussettes ?" C'était une passion bien étrange et singulière. Mais Julian ne jugeait pas, il était bien l'un  des derniers à vouloir juger les gens. Il était simplement curieux de savoir ce qui aurait pu déclencher une telle passion chez la jeune femme. Et voilà qu'il était déjà en train de se demander quelle chaussette il pourrait bien lui ramener. Assurément pas une chaussette des plus ennuyantes. Non, il fallait quelque chose d'unique, quelque chose de coloré. Il n'avait presque que des chaussettes classiques, mais il en avait bien quelques-unes d'un peu plus...uniques, dirons-nous. Bah, il aviserait le moment venu.

Il lança un nouveau regard amusé vers la fleuriste, suite à son compliment plutôt loupé. Il se surprit à penser qu'il aimait son rire. L'espace d'un instant, sa vue se brouilla à nouveau. Bon sang, que lui arrivait-il, aujourd'hui ? Il se frotta les yeux, puis adressa un petit sourire à la jeune femme. "Et pourquoi vos fleurs ne sont-elles pas d'accord ?" N'importe qui aurait sans doute trouvé cette fille bizarre ou se serait moqué d'elle, mais pas Julian. Il trouvait ça adorable et il se prêtait volontiers au jeu. Il se mit même à regarder autour de lui, comme s'il dévisageait les fleurs du magasin. "Vous osez vraiment me contredire, mesdames, les fleurs ?" Il se tourna à nouveau vers son interlocutrice et se pencha légèrement vers elle pour lui chuchoter quelques mots. "Elles ne seraient pas un peu rebelles ?" N'importe quoi. Mais il s'amusait bien et c'était l'essentiel, non ? Une telle fin de journée était vraiment parfaite, originale, bref c'était carrément une bouffée d'air frais.

Lorsqu'il se mit à raconter son souvenir, il ne s'était pas attendu à une telle réaction de la part de la jeune femme. Il avait bien vu que ça lui avait mis les larmes aux yeux. Wow. Elle devait vraiment être quelqu'un de très sensible. C'était touchant. "Aurais-je trouvé votre point faible ?" Il lui adressa un petit sourire. "Promis. Je vous trouverai une magnifique chaussette !" Il comptait bien tenir cette promesse, même s'il doutait toujours de l'existence de ce club.
Finalement, il eut enfin le droit de payer et il sortit donc son petit argent pour régler le bouquet. C'était étrange. Il n'avait pas envie de partir. Il avait envie de rester là, au milieu des fleurs, avec cette fleuriste au joli sourire. Peut-être devrait-il...Non. Il n'était pas venu ici pour draguer et laisser son numéro de téléphone aurait sans doute été déplacé. De toute façon, il savait où la trouver maintenant et quelque chose lui disait qu'il repasserait par ici. "Je suppose qu'on se reverra au club. Merci d'avoir fait une exception pour moi. Passez une bonne soirée !" Il prit le bouquet et adressa un dernier sourire à la jeune femme avant de se diriger vers la sortie de la boutique. Quelle étrange rencontre...étrange, mais géniale en même temps.


code par EXORDIUM. | gif par Tumblr |


 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Newbie
avatar

Primrose Bloomfield
▲ ▼ ▲ Love disease ▲ ▼ ▲


La recherche de l'amour : A la recherche, peut-être toi ?
Lettres d'amour postées : 101

MessageSujet: Re: La fleur et l'avocat   Mar 27 Juin - 23:23

Outrée. Primrose était ou-trée. « Bien sûr que le club existe ! Il est situé à côté du théâtre. Les jours de permanence, notre magnifique pancarte en forme de chaussette est de sortie. Vous ne la manquerez pas, assura Primrose avec fierté. Quant aux chaussettes, disons que... Disons que toutes ces chaussettes qui se retrouvaient seules quand l'autre avait mystérieusement disparue, ça me rendait triste. Alors j'ai réfléchi à un moyen de leur redonner une seconde vie. Et un second amour. On forme de nouvelles paires et on les donne à ceux qui en ont besoin. » Ils rassemblaient de la documentation pour résoudre le mystère de la disparition des chaussettes, aussi. Mais cette homme semblait déjà assez sceptique sur l'existence même du club, autant ne pas lui faire perdre l'esprit tout de suite.

Et voilà qu'il se mettait à parler à ses fleurs. Ça, c'était normalement le privilège de Prim. Mais elle ferait une exception. Pour cette fois, parce qu'il jouait le jeu. « Attention, il y a des messieurs parmi ces fleurs, voyons », chuchota-t-elle d'un ton faussement outré. C'était son royaume ici, alors elle pouvait bien expliquer quelles en étaient les règles. Et se pencher vers elle pour lui chuchoter des choses, ça n'en faisait décidément pas partie. Hors-jeu. Sifflement de l'arbitre. Carton rouge. Primrose se mit à serrer et desserrer le poing de façon incontrôlable. Si lui semblait s'amuser, elle débloquait totalement. Elle plaça sa main dans son dos et haussa les épaules avec une moue vaincue. « Mon point faible. Qui sait ? » lâcha-t-elle d'un air pensif. S'il tenait son engagement et lui apportait vraiment une chaussette, il en trouverait sûrement un autre, de point faible.

Le temps sembla flotter. Son achat réglé, le client n'avait aucune raison de s'attarder ici. Sa famille l'attendait sûrement et Primrose l'avait déjà assez retardé. « Je vous en prie, passez une bonne soirée. J'espère que les lys plairont. » Prim lui rendit son sourire et le regarda s'éloigner. Elle resta quelques secondes immobile, le regard fixé sur la porte. Puis elle inspira profondément, se saisit de la petite pelle qui traînait par sa faute et se dirigea vers l'arrière boutique. Un peu sonnée, elle posa l'outil sur l'établi et se posta devant son cactus. « Cornélius, je... Il vient de m'arriver un truc. Tu ne vas pas en croire tes oreilles de cactus. »


Fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://love-disease.forumactif.org/t166-f-soeur-adoree-pour-rps-


Contenu sponsorisé
▲ ▼ ▲ Love disease ▲ ▼ ▲



MessageSujet: Re: La fleur et l'avocat   

Revenir en haut Aller en bas
 
La fleur et l'avocat
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Reflexion sur la saga Michelet Casimir - Jean Saint-Fleur
» Haïti - Politique : L’avocat d’Aristide doute de la volonté des gouvernements
» [Guide]Du métier d'avocat
» 2 éme entraînement de Nuage de la mort et de fleur enflammée finished
» FLEUR canichette croisée abricot 6 ans (89) Yonne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LOVE DISEASE :: Northworth :: Quartier Cupidon-
Sauter vers:  
L'intégralité du forum appartient à ses administratrices. Toute reproduction partielle ou totale de son contenu est interdite.
© Love disease